En seulement 4 mois grâce à Marjory, Électro Dépôt a lancé sa Marketplace de produits reconditionnés Reconomia. En savoir plus

Retour aux Podcasts

#9• Décryptage de la marketplace Acracy

Article créé le 9 février 2021, mis à jour le 29 septembre 2021 — 7 minutes

Vous voulez participer au podcast ? Contactez Alexandre AMIOT, alexandre@marjory.co

Voici un résumé de l’épisode 9 du Podcast “Les Experts Marketplace”. 

Acracy est une marketplace qui permet la mise en relation de marques avec des créatifs en freelance. L’objectif de la plateforme est de proposer un outil de matching, qui permet aux entreprises clientes de trouver, en 48 heures, le créatif qui correspond le mieux à son brief et à ses valeurs.

Comme d’habitude, cet épisode suit les 4 grands thèmes abordés dans le Podcast : le positionnement d’Acracy dans son marché, les vendeurs de la marketplace, ici les freelances, le profil de ses clients, et, pour finir, les processus de transaction et le modèle de rémunération de la plateforme.

Un marché en plein essor

Acracy est une marketplace créée début 2020 par deux co-fondateurs, Romain Brignier et Séverine Bavon, tous deux ayant déjà eu une carrière en agence.

Aujourd’hui, Acracy est représentée par une communauté de plus de 400 freelances sélectionnés. En seulement 1 an, ils ont déjà travaillé avec une 50aine de clients et réalisé 200 missions, ce qui représente un peu plus d’un million d’euros de chiffre d’affaires pour 2020.

L’idée de cette plateforme est venue de deux facteurs : l’augmentation des départs de collaborateurs des agences pour devenir freelances et le peu de partenaires identifiés sur les nouveaux sujets des marques comme la création de contenus, le social média, etc...

L’esprit de communauté est primordial chez Acracy, car il permet aux membres d’avoir un sentiment d’appartenance, ce qui avait disparu lorsque les créatifs sont devenus freelances.

Au lancement de la plateforme, la priorité était de trouver des clients. Les deux fondateurs étant eux-mêmes issus du secteur, ils avaient suffisamment de connaissances dans leurs réseaux respectifs pour répondre à la demande. Grâce au bouche-à-oreille, ils n’ont maintenant aucun problème de sourcing.

Acracy n’a pas l’exclusivité des freelances qui travaillent sur la plateforme. Ils sont donc libres d’être également sur des plateformes concurrentes. Cependant, d’après une enquête réalisée par l’entreprise, 80% des freelances inscrits ne travaillent pas via d’autres plateformes où y sont inscrits uniquement dans un but de visibilité.

Pourquoi les freelances sont-ils fidèles à Acracy ?

Pour sa connaissance du métier de créatif ! En effet, il y a une certaine incompréhension des autres plateformes envers le métier de créatif. 

Les profils étant noyés dans la masse, le seul réel critère de différenciation est le TJM (tarif journalier moyen) demandé par le freelance.

Ayant été lancée seulement très peu de temps avant le premier confinement, Acracy a voulu se rendre utile pendant ces temps troublés en apportant de la valeur sur le marché : tout d’abord, ils ont réalisé, avec les experts présents dans leurs communautés, deux présentations à destination des marques pour les aider à traverser la crise.

Ensuite, ils ont également pris contact avec une initiative citoyenne nommée “en première ligne”. C’est une plateforme qui avait pour but d’aider les personnes en première ligne à trouver des modes de garde pour leurs enfants ou encore à faire leurs courses. Sur ce projet, la communauté Acracy a aidé à réaliser le plan de communication.

Le choix de l'indépendance pour des créatifs passionnés

Les freelances présents sur la marketplace sont des personnes formées et expérimentées. La plupart du temps, ces personnes sont devenues freelances pour pouvoir reprendre le contrôle sur leur travail. C’est donc toujours par choix. Beaucoup d’entre eux ont d’ailleurs d’autres projets en parallèle, ce qui ne “collait” pas avec un travail en agence.

Chez Acracy, l’onboarding des freelances est clé ! Il consiste principalement en beaucoup d'échanges et d’entretiens avec le freelance. 

Comment devenir vendeur sur Acracy ?

Tout d’abord, la candidature est étudiée, avec une analyse des références, du portfolio du créatif et de ses recommandations.

Ensuite, il y a au minimum 1 entretien de 45 min qui permet de continuer le filtrage, cela permet notamment de bien comprendre le rôle du freelance dans les réalisations présentées, mais également de faire du profiling. L’objectif est de bien comprendre qui est la personne et l'environnement qui lui correspond le mieux. Cela permet également de prendre en compte les passions de chacun, un facteur clé dans la création d’un lien fort entre les marques et les freelances. 

En ce qui concerne les vérifications KYB, elles étaient peu présentes au lancement de la plateforme, car l’onboarding était réalisé de façon très “manuelle”. Aujourd’hui, des process de vérifications ont été mis en place afin de permettre à Acracy d’être en règle avec la législation

Des entreprises aux besoins variés

Acracy à tous types d’entreprises comme clients : 

Il y a tout d’abord des grands groupes de tous les secteurs comme BNP, Crédit Agricole ou encore L’Oréal. Pour cela, ils sont référencés comme des fournisseurs dans certaines directions des achats. 

Les entreprises françaises en scale up, qui ont des besoins très importants avec souvent peu de bande passante, mais un besoin d’excellence créative avec des vrais enjeux de branding. Comme exemple, nous pouvons citer  Mano Mano, Meetic et encore Qui Toque.

Comme client, il y a bien évidemment les agences, qui ont toujours des besoins ponctuels. Par exemple, ils peuvent avoir besoin d’une équipe supplémentaire pour travailler sur un appel d'offres.

Et enfin les PME et autres start-ups dont le modèle économique des freelances est plus abordable que celui des agences.

Les besoins souvent exprimés par les marques sont en social media et content, mais également beaucoup en réinternalisation créative, ce qui permet à des groupes de diversifier les acteurs créatifs avec qui ils travaillent.

Acracy peut accompagner leurs clients dans l’écriture des briefs. En effet, il peut être très difficile pour les entreprises d’exprimer clairement leur besoin.

Les transactions et le modèle de rémunération de la plateforme

Les critères principaux qui ont été pris en compte pour le choix du PSP étaient : la simplicité d’utilisation pour les clients et les partenaires, la fiabilité, l’historique disponible et la stabilité du service. Pour cela, ils ont choisi Stripe.

La mise en place d’une solution de financement est également stratégique pour leur business, car les délais de paiement représentent un gros pain point pour les freelances. La mise en place d’une solution d’affacturage leur permet d’améliorer l’expérience utilisateur.

Enfin, en ce qui concerne le modèle économique d’Acracy, il est basé sur une commission de 15%, facturée à l’entreprise en plus de la prestation du freelance. Il n’y a pas de commissions du côté des freelances.

Pour la suite…

Pour l’année 2021, Acracy souhaite accélérer ce qu’ils ont mis en place en 2020.

Il y a une vraie opportunité sur le marché actuel, grâce au changement de comportement des entreprises qui organisent différemment leurs budgets. Ils prévoient donc d’agrandir l’équipe, notamment en constituant une équipe commerciale ainsi qu’une équipe tech.

Un autre objectif pour 2021 est de faire grandir la communauté en sourçant encore plus de profils de freelances en France, mais également à l’international.

Enfin, une levée de fonds est prévue pour permettre à Acracy de se développer et ainsi toucher toujours plus d’entreprises.

crossmenuchevron-downarrow-rightchevron-left-circle