En seulement 4 mois grâce à Marjory, Électro Dépôt a lancé sa Marketplace de produits reconditionnés Reconomia. En savoir plus

Pourquoi la structuration des données produits est-elle importante pour une Marketplace ?

La construction d’une taxonomie est un sujet central dans l’opération d’une Marketplace. En effet, il s’agit de la structure de référence de la catégorisation produit d’une Marketplace. En d’autres termes, lors de son onboarding, le vendeur s’appuie sur cette structure pour créer son catalogue et, par la suite, activer ses produits (ou services) en diffusant ses offres (prix / stocks).

Les Experts Marketplace, Emilie Queste, Consultante Fonctionnelle et Guillaume Bienfait, Product Manager chez Marjory vous proposent leurs conseils sur la taxonomie dans un contexte Marketplace. Ayant chacun participé à la construction et l’évolution de projets Marketplace, Emilie et Guillaume vous offrent des conseils sur la classification des fiches produits Marketplace.

Une fois le vendeur onboardé, il doit ajouter son catalogue dans le back-office de la Marketplace. La structuration du catalogue de la Marketplace doit être claire, pour permettre aux vendeurs tiers d’intégrer facilement leurs produits. Cette catégorisation a plusieurs avantages tels que :

Toutefois, l’opérateur de la Marketplace doit faire attention à sa manière de structurer la catégorisation des produits, notamment s’il dispose d’offres en propre. Dans un contexte de retail par exemple, elle doit être suffisamment large pour permettre aux vendeurs de vendre des produits différents de l’offre propre de la Marketplace : si la catégorisation correspond exclusivement à l’offre propre de l’opérateur, les vendeurs tiers risquent de ne pas trouver de catégories pour leurs produits. 

Aussi, une catégorisation très exigeante, aura un impact sur le temps effectif d’intégration des catalogues des vendeurs, ce qui peut amener de la friction et allonger le time-to-market des produits sur le front.

À contrario, si les informations demandées par la taxonomie ne sont pas suffisantes, un travail d’optimisation sera nécessaire de la part de l’opérateur pour permettre un bon affichage des produits sur le front de la Marketplace. Dans ce cas, le temps d’intégration sera également impacté. 

Pour vous éviter de perdre du temps, nos experts ont plusieurs conseils à vous livrer.
Tout d’abord, la catégorisation doit être la plus stable possible. C’est-à-dire qu’elle ne doit pas être modifiée régulièrement. Cela évitera à l’opérateur de devoir retravailler manuellement les produits, de demander des évolutions chez les marchands.

De plus, la catégorisation doit être différente de la structure de vente utilisée sur le front office de la marketplace. En effet, celle-ci doit être flexible et adaptable (création des catégories soldes, par exemple), là où la catégorisation doit garder une stabilité. 

Enfin, il est conseillé de penser sa taxonomie sur 3 niveaux maximum :  la famille de produit, la catégorie et la sous-catégorie. Vous pouvez également utiliser la taxonomie de grandes Marketplaces comme exemple lors de l’élaboration de la vôtre.

En ce qui concerne la qualité des fiches produits, l’idéal est de dresser une liste exhaustive des caractéristiques demandées aux vendeurs. Grâce à cela, les problèmes de données erronées ou le manque d’harmonisation entre les fiches produits seront évités. 

Enfin, vient la question de la responsabilité des parties prenantes. Une Marketplace est un espace mis à disposition des vendeurs tiers, leur proposant de la visibilité et du trafic. 

L’opérateur ne peut pas modifier les données des produits sans risque. En effet, si l’opérateur de la Marketplace modifie une fiche produit, la responsabilité est automatiquement transférée du vendeur vers l’opérateur de la Marketplace. Si une modification des données par la Marketplace est nécessaire, il est préconisé de l’officialiser par contrat, avec le vendeur.

Les points à retenir :

Le choix d'une solution marketplace (aussi appelée Framework marketplace) est une étape importante quand on se lance dans un projet de création. Il existe aujourd’hui de nombreuses technologies, chacune comportant ses avantages et inconvénients.

La plupart du temps, la priorité est mise sur le choix de la meilleure solution. De nombreux contenus sont disponibles en ligne pour vous permettre de les comparer et des consultants peuvent vous orienter vers la solution la plus adaptée à vos besoins. Mais quelle place accordez-vous à l’intégration de la solution marketplace ? Avez-vous pensé aux outils permettant de la faciliter ?

Intégrer une solution marketplace est effectivement fastidieux et demande du temps et des ressources. On estime aujourd’hui qu'un délai minimum de 6 mois est nécessaire pour intégrer une solution marketplace à un système d’information existant, sans prendre en compte les délais relatifs à la prise de décision.

Découvrez les enjeux liés à l’intégration d’une solution marketplace et les solutions pour optimiser votre time-to-market tout en sécurisant votre lancement.

À quoi sert une solution marketplace ?

L'éditeur de solution marketplace permet de gérer un modèle de vente très différent de celui du e-commerce classique.

Ces différences doivent être appréhendées pour bien construire sa plateforme. Les principales caractéristiques d’une Marketplace sont les suivantes :

La solution marketplace vous donne les clés pour adapter votre e-commerce à ces changements. Grâce à son interface, vous donnez aux vendeurs la possibilité de configurer le catalogue, gérer les commandes, les offres, la relation client ou définir les conditions de vente.

Intégrer une solution marketplace : quels sont les investissements nécessaires ?

La solution marketplace comporte toutes les fonctionnalités clés nécessaires pour une plateforme multi-vendeurs et a donc une importance majeure.

Des contenus et accompagnements existent pour vous aider à choisir la solution qui répondra au mieux à vos besoins. Toutefois, rares sont les ressources vous informant sur sa facilité d’intégration en amont du projet.

Effectivement, pour intégrer cette technologie à un système d’information, de multiples connecteurs doivent être créés et accordés. Il faut connecter plusieurs éléments relatifs au catalogue, aux offres ou aux commandes. Ce travail est très demandeur, en temps et en ressources.

Certains Frameworks très performants proposent une centaine d’API à destination des opérateurs qu’il faudra manipuler et intégrer au système d’information de leur entreprise. Ce chantier est d’autant plus important si votre système d’information est déjà existant et complexe.

De plus, intégrer une solution marketplace est crucial pour la qualité de votre futur service. Si l’opération comporte des erreurs, peu importe l’outil que vous aurez choisi, la qualité délivrée auprès des vendeurs et de vos clients finaux en sera dégradée.

Enfin, lorsque la solution marketplace sera intégrée, il sera nécessaire d’y connecter des outils et services externes comme un service de paiement (PSP), un outil de gestion des retours ou de KYC par exemple. Ce travail de connexion entre les API nécessitera également du temps lors de chaque intégration et modification.

C’est à ces difficultés d’intégrations que répond le produit Marjory.

Marjory simplifie l’intégration de tous vos outils et services.

Créé et pensé par des experts en gestion de projet marketplace, le produit Marjory facilite l’intégration de votre solution et de tous vos outils et services externes.

Sans Marjory, vous devez connecter chaque solution à votre SI de façon indépendante, ce qui consomme beaucoup de ressources tout en prenant le risque d’avoir à gérer des erreurs par la suite.

Avec Marjory, vous ne réalisez ce travail qu'une seule fois en vous connectant à l’API unique de notre produit. Marjory s’adapte à tout type de projet, que vous ayez un système d’information déjà existant ou non.

Marjory étant déjà connecté aux différents outils utiles pour votre marketplace, vous accédez directement à des services préconfigurés.

Une fois votre marketplace connectée à notre produit, vous pouvez orchestrer l’intervention de chaque service grâce à une interface qui présentera vos process sous la forme de workflows.

Lorsque vos outils et services seront intégrés, Marjory vous aidera à les orchestrer plus facilement avec les avantages suivants :

Aujourd’hui, Marjory est le seul acteur mondial à faciliter l’intégration d’outils et services spécialisés en marketplace. Nos équipes sont composées d’experts ayant créé des marketplaces pour plusieurs grands groupes français en B2B et B2C et connaissant les défis à relever lors d’un projet de création de marketplace.

Une question ? Besoin d’un renseignement ?
Nous restons à votre disposition

Notre expert qui prend la parole aujourd’hui est Guillaume Bienfait, Product Owner chez Marjory. Ayant participé à un grand nombre de projets marketplace, par exemple, La Redoute, ou encore pour la création de la marketplace de Leroy Merlin, Guillaume a une grande expertise dans la mise en place des marketplaces. 

Aujourd’hui, Guillaume vous propose ses conseils sur la mise en place de la notation des vendeurs de votre marketplace. Notamment en répondant aux questions, pourquoi, quand et comment mettre en place cette notation.

A quoi sert la notation des vendeurs sur une marketplace ?

Tout d’abord, la notation des vendeurs est un outil qui permet aux visiteurs de votre marketplace de jauger de l'expérience utilisateur qu’ils peuvent espérer en achetant sur votre plateforme. C’est l’équivalent du bouche à oreille numérique, qui permet aux clients de vérifier la qualité du service du vendeur.

Pour les vendeurs de votre marketplace, avoir de bons commentaires s’avère nécessaire. En effet, 85% des internautes lisent les commentaires avant d’acheter en ligne et 91% considèrent même les avis clients comme vecteur #1 dans l’acte d’achat.

La notation vendeurs va se focaliser sur 3 étapes importantes dans l’expérience client : le suivi et les informations de livraison, la conformité des produits par rapport à la description disponible sur la plateforme et enfin, en cas de problème avec la commande, le service après vente.

Pourquoi mettre en place une notation vendeurs sur une marketplace ?

En plus d’impacter largement la confiance des clients envers votre marketplace, la notation est aussi utile dans la sélection des vendeurs et des produits proposés sur votre site. 

Dans le cas des marketplaces sélectives, la notation permet notamment de piloter la sélection de produits. Si un produit reçoit régulièrement des avis négatifs, il peut être sorti de la gamme. Cela sert également à accompagner les vendeurs afin d’améliorer la qualité de leur service.

Dans le cas d’une marketplace où les vendeurs sont auto-onboardés, par exemple chez Amazon, la notation permet toujours de piloter la sélection produit, mais également de “trier” les vendeurs. 

Quand est-il le plus conseillé d’intégrer le service ?

Il est important de choisir le bon timing. Il peut être contre productif de lancer l’affichage des avis clients trop tôt lors de lancement de votre marketplace.

L’idéal est de vous laisser le temps de valider les process métiers avant d’ouvrir les évaluations pour vous laisser le temps de gérer les premières itérations de votre projet lors du lancement de votre MVP.

Une autre stratégie consiste, par exemple, à attendre qu’un vendeur ait atteint un certain nombre de commandes avant d’afficher les commentaires. Ce qui lui permet de roder son service.

Comment est-il possible d’intégrer ce service ?

Pour intégrer un service de notation des vendeurs à votre marketplace, il vous faut tout d’abord bien vous entourer. Vous devez choisir des partenaires qui proposent des avis clients vérifiés afin de récupérer des avis “objectifs” et utiles pour votre plateforme.  

Techniquement, cela dépend de la maturité de votre projet. Si vous avec un site e-commerce en place avec un système d’information complexe (par exemple avec un front-office, un framework marketplace et un CRM), il est recommandé de travailler avec des partenaires qui vont vous simplifier l’intégration.

Les points qu’il faut retenir :  

Pour plus d’informations sur la notation des vendeurs, vous pouvez retrouver notre webinar, animé par Guillaume et organisé avec notre partenaire Trusted Shops 

Une question sur votre projet marketplace ? N’hésitez pas à contacter les équipes Marjory !

A très bientôt avec de nouveaux conseils, 

Les Experts Marketplace

Notre expert qui prend la parole aujourd’hui est Frédéric Choudat, CPO chez Marjory. Ayant participé à un grand nombre de projets marketplace auparavant, Frédéric a une vision technique de la mise en place des marketplaces. Aujourd’hui, il vous propose un retour d’expérience sur l’importance des workflows dans une marketplace.

Qu’est ce qu’un workflow ?

Les workflow servent à faire communiquer plusieurs API de différentes solutions dans un acte de gestion précis. Par exemple, un workflow peut décrire le chemin d’une commande à travers les différents outils de la marketplace.

Ils permettent une mise en œuvre itérative.

En effet, cela permet de reproduire le même processus avec une parfaite exécution à chaque fois : par exemple, les workflows permettent de lancer un acte de gestion des milliers de fois sans aucun accroc.

Les workflows permettent également de faire du PDCA (Plan Do Check Act) facilement grâce à la mise en place de différentes versions de process en fonction des cas de figures. Cela permet de prendre en compte certaines nuances dans l’opération technique de la marketplace.

Ensuite, la mise en place de workflows permet d’atteindre une excellence opérationnelle grâce à l’automatisation de certaines tâches.

Il est possible, grâce à un workflow, d’automatiser les traitements nominaux et, dans un premier temps, de traiter les cas non nominaux par des tâches humaines. Certaines d’entre elles pourront être automatisées par la suite afin d’assurer la scalabilité de votre plateforme. Cette méthode de travail permet une amélioration continue de l’excellence opérationnelle.

Pour le bon fonctionnement de l’entreprise, il est très important qu’il y ait une certaine implication des équipes dans la construction des projets. Les workflows permettent de donner de la transparence en interne sur les différentes étapes des process et permettent d’impliquer les équipes qui sont alors dans la capacité de proposer des améliorations d'organisation et d'exécution.

Enfin, l’automatisation des process via des workflow permet une meilleure utilisation des données, donc d’être en conformité avec la réglementation RGPD. Les workflows n’utilisent que les données nécessaires à leur exécution. Il est donc possible de déterminer précisément dans quel but les données ont été utilisées, quand et par qui.

Les points qu’il faut retenir :  

A très bientôt avec de nouveaux conseils, 

Les Experts Marketplace

Notre expert qui prend la parole aujourd’hui est Guillaume Conrate, Client Success Director chez Marjory. Ayant participé à un grand nombre de projets marketplace notamment celui de La Redoute et d’Auchan, Guillaume souhaite attirer votre attention sur l’importance du catalogue pour les marketplaces.

Tout d’abord, quelle est la différence entre un produit et une offre sur une marketplace ?

Dans la gestion d’une marketplace, il est essentiel de différencier la notion d’offre et de produit. La donnée produit contient les informations de description, de titre, d’image, d’attributs de navigation. La donnée d’offre, elle, vient notamment donner l’information liée au prix, au stock.

Sur une marketplace la donnée produit peut être commune à plusieurs vendeurs mais la donnée offre est, elle, toujours propre à un vendeur. Une marketplace peut donc proposer un catalogue de 10 000 produits, mais 100 000 offres.

Avec autant d’offres, leur conformité devient primordiale pour ne pas compliquer l’expérience utilisateur. En effet, sur une marketplace de produits, qu’elle soit BtoC ou BtoB, avoir des millions de produits peut rapidement compliquer l’expérience utilisateur. 

Il est important que les produits soient bien catégorisés, que les fiches produits aient un contenu de qualité et qu’elles comportent les mentions réglementaires.

Au lancement d’une marketplace, il est alors nécessaire d’établir un cahier des charges précis des attendus et de mettre en place une organisation capable de délivrer et suivre ces attendus.

Ensuite, la volumétrie de produits est un enjeu majeur de la marketplace. En effet, l’un des principaux avantages du modèle marketplace consiste à offrir à ses clients un catalogue de produits ou de services le plus large possible, le plus pertinent possible avec son audience afin de garder les clients captifs.

Le modèle marketplace permet d’assurer une profondeur de gamme que ne permettent pas les autres business models, tout en gardant une structure de coût maîtrisée.

C’est d’ailleurs le modèle marketplace qui a permis à Amazon de devenir le premier moteur de recherche produit au Etats-unis, devant Google !

En théorie, tout cela semble logique, mais comment gérer des millions de données provenant de sources différentes ?

L’utilisation d’un PIM permettra de concaténer les données provenant de diverses sources, dans l’optique de tirer les meilleures informations à afficher à l’utilisateur final, c'est-à-dire l’acheteur.  

Les points qu’il faut retenir :  

A très bientôt avec de nouveaux conseils, 

Les Experts Marketplace

Notre experte qui prend la parole cette semaine est Emilie Queste, consultante fonctionnelle chez Marjory. Ayant participée à un grand nombre de projets marketplace que vous pouvez retrouver ici, Emilie vous propose aujourd’hui des conseils sur la connexion des nouveaux vendeurs sur votre marketplace.

Tout d’abord, qu’est-ce que l’onboarding sur une marketplace ?

En français, "l’onboarding vendeur” correspond à "l'intégration du vendeur”. C’est le processus d'accueil du vendeur sur une plateforme en Marketplace. Pour cela plusieurs process sont à mettre en œuvre. Tout d'abord, l’opérateur est tenu de vérifier les informations légales sur l’entreprise grâce aux documents officiels comme le KBIS, la carte d’identité du représentant légal ou encore grâce au SIRET. Cette vérification est également appelée vérification KYB (Know Your Business) et est obligatoire pour toutes les marketplaces BtoB. Dans le cas d’une marketplace BtoC, cette vérification s’appelle le KYC (Know Your Customer). Pour plus de détails sur la gestion des KYC/KYB, découvrez le livre blanc Marjory sur le sujet

La principale difficulté de l’onboarding réside en sa singularité : c’est un métier qui n’est pas officiellement référencé. Il n’y a donc pas de cursus scolaire spécifique, pas de diplôme, etc. 

De ce fait, le processus est internalisé et chaque opérateur crée un workflow ou process “sur mesure” autour de quelques étapes incontournables (que vous pouvez retrouver ici). Pour ce faire, l’opérateur doit disposer d’une équipe dédiée avec tous les coûts indirects associés. En moyenne, un onboarding optimisé coûte environ 1 000€ à l’opérateur et prend plusieurs semaines (même lorsque le processus est fluide, c’est-à-dire sans aller-retours entre le vendeur et l’équipe d’onboarding). 

Une fois les process de vérification KYC/KYB prêts, il faut penser à fluidifier le référencement des nouveaux vendeurs sur votre marketplace afin de leur permettre d’être rapidement visibles et opérationnels sur votre plateforme.

Lorsqu'un opérateur lance sa plateforme, il doit tester ce processus d’onboarding. Pour ce faire, il connecte manuellement quelques vendeurs pour réaliser les premières transactions. Lorsque cela fonctionne, l’équipe onboarding se retrouve facilement submergée par la difficulté de gestion de ce processus en interne. Or, il est incontournable.

Pour accélérer ce processus de connexion des vendeurs et contourner cette difficulté opérationnelle, l’idéal est d’utiliser un agrégateur de flux : il permet de réaliser un branchement simplifié et “donne accès” à une multitude de vendeurs. Il est fortement conseillé de connecter très tôt un agrégateur de flux pour pouvoir proposer une offre produit fluide dès le lancement.

Marjory peut faciliter votre connexion aux agrégateurs de flux ! La difficulté de connecter un agrégateur de flux à son SI réside dans le développement technique à réaliser. Grâce à Marjory, vous pourrez plugger un agrégateur de flux par drag and drop en quelques heures. De plus, les endpoints de l’API agrégateur seront organisés dans des workflows entièrement customisables selon votre organisation (tâches manuelles, best practices métier, etc).

Les points qu’il faut retenir :  

A très bientôt avec de nouveaux conseils, 

Les Experts Marketplace

Notre premier Expert à prendre la parole est Vikram Ramdul, COO chez Marjory, vous pouvez retrouver ici ses expériences.

Vikram vous propose de vous éclairer sur les principaux obstacles à lever lors d’un projet marketplace.

Lorsque que l’on souhaite créer une marketplace, il faut tout d’abord identifier tous les impacts que ce projet aura en interne. 

Les deux principaux impacts sont : le change management et la gestion des flux.

Le change management découle de l’adoption de nouveaux outils à utiliser pour faire fonctionner cette nouvelle activité de l’entreprise, mais aussi des nouvelles méthodes de travail à adopter, par exemple, pour réaliser l’onboarding des fournisseurs.

De nouveaux métiers sont nécessaires à l’activité, car celle-ci demande des compétences très particulières (fonctionnellement et techniquement).

Dans le cadre du lancement d’un projet marketplace, toutes les fonctions de l'entreprise sont bouleversées : du marketing, à l’équipe e-commerce, qui se retrouve avec de nouvelles prérogatives comme l’onboarding des vendeurs ou encore la logistique. Il faut l’anticiper et impliquer les collaborateurs au maximum.

Ensuite, le lancement d’une marketplace n’est surtout pas un projet satellitaire. Le démarrage d’une nouvelle activité comme celle-ci doit s'inscrire dans une logique stratégique.

Plusieurs stratégies peuvent être adoptées : par exemple, Amazon a ouvert son site en marketplace dans l’objectif de faire du volume d’affaires. Sa marketplace est son activité principale.

Auchan, à l'inverse, a créé une marketplace qui ne représente que 0,04% du chiffre d’affaires réalisé par le réseau retail.

Son objectif ? Faire de ce canal un moyen de faire du drive to store avec du click & collect et augmenter le flux dans ses magasins. La marketplace ne représente “que” 20 millions d’euros de chiffre d’affaires sur les 22,7 milliard d'euros de chiffre d'affaires global que réalisait Auchan Retail en 2019.

Avant de se lancer dans la création d’une marketplace, rappelons qu’il s’agit d’un projet très lourd en charge organisationnelle, il est nécessaire de réaliser, au préalable, une phase de cadrage très structurée. 

Lors de cette phase de cadrage, il faut prévoir et anticiper le maximum d’éléments.  Par exemple, il faut créer le business model, le business plan de la marketplace, réfléchir à la création du front (le site qui sera visible par les consommateurs), mais également du middle et du back office, c’est à dire de l’UX / UI, qui doivent répondre à la question: “comment référence-t-on les vendeurs, leurs produits et les acheteurs ?”.

Enfin, il est également important de prendre en compte toutes les problématiques réglementaires comme la gestion des paiements sur les marketplaces, le KYC (know your customer), ou encore l’AML (anti money laundering) en fonction de votre activité.

Ce que vous devez retenir :

A très bientôt avec de nouveaux conseils,

Les Experts Marketplace

- Téléchargez le récapitulatif ! -

crossmenuchevron-downarrow-right